Un nouveau travail!

Bourras m’avait offert du travail mais il n’y avait pas de clients et il se sacrifiait pour me donner un peu d’argent. Monsieur Bourras est un vieillard très gentil et soucieux (surtout avec Pépé) mais il ne décolère pas contre le Bonheur des dames. Il est rentré en guerre et ne faillira pas.

Le mois dernier, un soir de janvier, j’ai croisé Henri qui m’a appris que Robineau, passé à la caisse le même jour que moi, avait monté son affaire et qu’il cherchait des vendeuses. J’y suis allée et aussitôt, il m’a embauché. Je ne gagne pas beaucoup d’argent mais je suis traitée avec beaucoup de douceur, surtout par Madame Robineau et je me sens, à table, avec elle et son mari, avec Gaujean comme à la maison, dans une famille.

Cependant, il s’agit d’une famille en colère, qui s’apprête à déclarer la guerre au Bonheur des dames…