Repas de famille &la rue du dix-décembre

Ce soir, nous étions tous, Jean (en retard), Pépé et moi chez mon oncle et ma tante pour dîner. J’étais contente de ses réconciliations mais que c’était triste! Mon oncle est possédé par le Bonheur des dames et une sourde colère  le ronge de l’intérieur. Ma tante souffre de le voir ainsi et encore plus de voir sa fille malheureuse. Geneviève pleure son fiancé amouraché de Clara… Pendant ce temps, les travaux de la nouvelle rue du Dix-Décembre résonnent.

Publicités

Rencontre aux Tuileries

Ce soir, je suis sortie me promener aux Tuileries avec Pépé lorsque j’ai vu au loin Hutin puis Monsieur Mouret. Celui-ci m’a reconnu et nous avons discuté ensemble. Nous avons tout d’abord parlé de Pépé qui m’accompagnait, puis il a présenté ses excuses pour mon renvoi me proposant même ma place en retour! Notre conversation a alors glissé sur Robineau, le contexte économique et Bourras. Monsieur Mouret m’a chargé de transmettre une proposition d’achat au vieillard. Il a souhaité parler de mon oncle mais il s’est tu en comprenant que le sujet m’indisposait. On s’est promené tout un moment ensemble puis il est parti vers la rue d’Algers et Pépé et moi sommes rentrés chez Bourras.

Celui-ci était furieux: monsieur Mouret a acheté sa maison! Il va devoir lui payer un loyer ce qui le rend fou de rage. Mon oncle Baudu était là, lui aussi, fatigué.