Pauline enceinte!

Aujourd’hui je suis très heureuse! Je suis allée voir Pauline à l’infirmerie et elle allait mieux. En effet, elle se trouve là-bas alitée car elle a reçu un coup dans le ventre alors qu’elle attend un bébé. Non seulement, elle avait mal mais en plus elle a ainsi révélé sa grossesse à M.Mouret…Or, les employées enceintes sont gentiment envoyées à la caisse après le septième mois: ce qui inquiétait, bien sûr, beaucoup Pauline.

Hier, j’ai eu une grande et longue conversation avec Octave Mouret: je lui ai montré qu’il était absurde de licencier des vendeuses enceintes lorsque l’on veut faire de la femme enceinte une cliente. J’ai du trouver les bons arguments car il a suivi mes conseils. Une belle protection pour la femme!

Pauline et Baugé m’ont vivement remercié. C’était amusant de voir Baugé si ému, lui bientôt papa! Mais si Pauline va devenir maman elle reste néanmoins mon amie: on a beaucoup discuté toutes les deux et j’ai fini par lui avouer, ce que je n’avais encore avoué à personne, pas même vraiment à moi-même: j’aime Octave…

 

 

Sacrée Clara

Tout allait pour le mieux depuis quelques temps. Depuis ma nouvelle place, je me sens vraiment acceptée au seins des commis, commençant même à me faire aimer par certains. Mais cette plénitude dans laquelle je vivais depuis quelques temps a été bouleversée par cette peste de Clara. En effet j’ai appris par des collègues qui riaient de la situation, que cette effrontée s’était amusée à amener Colomban un soir chez elle. Celui ci, enfin heureux de son désir comblé, découché régulièrement le soir, laissant la pauvre Geneviève seule, accablée par tout ça. Cette fille ne s’arrêtera donc jamais ?!

Nouveau poste !

Le lendemain de ma conversation avec Monsieur Mouret, j’ai été nommée première. Quel bonheur ! Un rayon avait été crée spécialement pour moi : Un rayon de costumes pour enfant, et celui-ci, tout près du rayon des confections. Pour le moment tout va pour le mieux.
Ce sentiment de soulagement, que je ne me rappelais avoir éprouvé que durant mon plus jeune âge, était enfin revenu en moi, à ma plus grande joie !

Oups, je l’avais déjà écrit…Cela montre juste à quel point je suis heureuse!

Je suis première!

C’est incroyable! Hier, j’étais dans le bureau de M. Mouret car il m’avait surprise en train de discuter avec Henri et aujourd’hui me voilà première! La direction a dédoublé le rayon des robes et costumes, en créant spécialement en ma faveur un rayon de costumes pour enfants! Il est installé juste à côté du comptoir des confections. Je suis première!