Ma tante est morte…

Quelle douloureuse manière que de commencer l’année. Ma tante nous a quittés aujourd’hui et a rejoint sa chère fille. Elle était alitée depuis quinze jours et elle est morte d’amour pour sa fille, d’oppression face au Bonheur des dames…Elle a fixé le magasin jusqu’à sa mort: pour elle, il représente sa mort, son malheur. Il est l’assassin de sa fille, l’assassin de leurs espoirs, l’assassin de leur bonheur. J’ai revu le défilé des commerçants tués par le magasin: Bédoré et sa soeur, les frères Vampouille, Mlle Tatin, Quinette, Piot et Rivoire, mme Chadeuil, Grognet, Naud, Deslignières. Cela me fait songer à un carnaval mortuaire.

Cette perte m’affecte beaucoup. Pépé va maintenant au collège, Jean me fait courir par amour pour Thérèse, la fille du pâtissier. Sur ces tracas, la mort de ma tante me brise vraiment…

Publicités