Denise Baudu

1. Marion

 

Denise est une jeune fille âgée de vingt ans, elle est blonde, elle est chétive ainsi elle a deux frères qui se nomment Pépé et Jean. Elle joue un rôle maternel car ce sont des orphelins. On peut voir qu’elle vient de Valognes. Elle est venue à Paris pour chercher du travail et  voir son oncle Baudu, on peut voir qu’une fois vendeuse aux Bonheur des dames, elle est très mal appréciée personne l’aime, tout le monde la traite de « mal peignée » , elle décide donc de démissionner pour cause de commérages. On peut voir aussi que Denise qui est le personnage principal de ce roman, est très courageuse, malgré la misère de son salaire elle aide son frère  qui lui a toujours besoin d’argent  à cause de ces problèmes de fille.  Dans le magasin elle est très timide car tout le monde lui invente des rumeurs comme quoi Jean est son amant ou encore même qu’elle est la maitresse de Mouret. Enfin on peut voir que Denise avoue ses sentiments envers Octave qu’à la fin de l’histoire on peut voir même qu’elle l’épouse. On peut aussi montrer que Denise est très triste que personne ne l’apprécie. Une fois dans sa chambre chez Bourras le désespoir l’envahit, une fois que Mouret la réengage pour travailler en étant seconde elle est contente, elle fait de son mieux, elle accueille toutes les clientes, une fois nommé première par Octave tout le monde l’apprécient sauf Clara. Denise est aussi très méfiante, elle se méfie  de l’histoire avec Mouret et lui dit qu’elle ne veut pas une histoire d’argent. Denise est une jeune femme qui se perfectionne dans son métier, mais aussi elle fait son éducation sentimentale, elle comprend peu à peu les troubles qu’elle a quand elle rencontre Mouret. Ce personnage est le plus important de cette œuvre.

2. Valentine

J’ai incarné le personnage de Denise Baudu, une jeune fille de 20 ans qui a deux frères : Pépé et Jean. Tous trois sont originaires de Valognes mais ont déménagé à Paris, un an après la mort de leurs parents après une lettre de leur oncle Baudu leur proposant de les aider.
Le roman raconte l’histoire de Denise, plus précisément ses histoires et  périples depuis le départ de son train de Valognes jusqu’au jour où elle va avouer à Octave Mouret qu’elle l’aime et qu’elle veut bien l’épouser mais seulement après son mois de vacances à Valognes. Quand Denise et ses frères sont arrivés sur Paris et qu’ils sont allés trouver leur oncle, ce dernier leur a présenté sa femme, donc leur tante : Elizabeth Baudu, puis sa fille : Geneviève.
 Lorsqu’ils vivaient encore à Valognes, Denise travaillait en tant que vendeuse dans le plus grand magasin de la ville. Lors de leur arrivés dans la capitale les trois jeunes enfants ont vu un IMMENSE magasin nommé « Au Bonheur des dames ». L’oncle Baudu s’est excusé auprès de Denise car en effet un an avait passé depuis le jour où il leur avait envoyé la lettre et pour lui les affaires ne marchaient plus si bien. C’est pourquoi il ne pouvait plus se permettre de l’embaucher pendant cette dure période économique pour lui. Denise cherchait alors un travail et finit par aller postuler dans le grand magasin qu’elle avait vu à son arrivée.  Tous les employés la pointaient du doigt. Denise était gênée car en effet elle était de nature plutôt timide et réservée. Quand elle s’est entretenue avec le directeur Mr Mouret, elle a préféré lui apprendre qu’elle était la nièce de Mr Baudu. Le directeur  prit alors la décision de lui donner sa chance. Avec ce travail, elle avait comme tous les employés une chambre de service sous les toits. Denise était très mal reçue par ses collègues, elle était un peu comme le bouc émissaire.  Elle s’était tout de même fait une amie : Pauline. Avec son salaire, elle devait payer tous les mois la pension de Pépé, et Jean avec ses aventures venait sans cesse réclamer de l’argent à Denise. Le temps passait et certaines rumeurs courraient, disant que Denise avait un amant : Jean et un enfant : Pépé.
A cause des visites répétées de Jean, Bourdoncle, un employé du magasin, mais surtout le bras droit de Mouret, pensant que Jean était réellement l’amant de Denise l’a renvoya sur le champs. Après avoir mené son « enquête » et une année de passée, Mouret s’est rendu compte que Jean et Pépé était bel et bien les petits frères de Denise donc, s’excusant il proposa à Denise de réintégrer l’équipe et même d’accéder au poste supérieur de seconde.
Les mois passaient et Octave Mouret s’attachait à Denise, c’était réciproque ; mais, ayant assez de soucis avec ses collègues elle s’interdisait d’avoir des sentiments et une aventure avec le patron. Elle refusait ses avances encore et encore.
Elle se vit passer, quelques mois après, de seconde à première. La fatigue prenait Denise un peu plus chaque jour, puis voulant se reposer à la mort de sa cousine, elle prit la décision de démissionner pour retourner à Valognes pour une durée indéterminée. Mr Mouret ne voulait pas qu’elle parte, il lui avait demandé de l’épouser afin qu’elle reste ; mais refusant toujours il se mit à pleurer et lui demander de partir retrouver celui qu’elle aime et là, Denise lui dit que c’était lui qu’elle aimait et ils se sont embrassés.

 

3. Margot

J’incarnais le personnage de Denise, l’héroïne du roman. Denise a deux frères: Pépé et Jean. Originaires de Valognes et orpheline depuis plusieurs mois, elle décide de venir à Paris avec ses frères et de s’installer chez son oncle Baudu qui lui avait proposé, un an plus tôt, de l’héberger si besoin. Une fois chez son oncle, elle va se rendre compte des conséquences d’un nouveau grand magasin (Au bonheur des dames) sur les petits commerçants voisins.

A Valognes, elle occupait déjà une place de vendeuse. Son oncle n’ayant pas de place à lui offrir, elle va devenir commis au Bonheur des dames, au rayon des confections. Elle est, au début, timide, moquée par tous, épuisée par le travail et en permanence apeurée de laisser ses frères sans argent. Elle va passer plusieurs nuits blanches, réparant, lavant ses robes.

Alors que Denise est au plus bas, elle va rencontrer Pauline, une vendeuse du rayon voisin qui va la prendre sous son aile, lui proposant tout d’abord de l’argent puis son amitié. Grâce à elle, elle va commencer à sortir. C’est en partie grâce à son moral et sa volonté de fer que Denise réussit à tenir au milieu de ses collègues moqueurs. Dès le début du roman, l’héroïne est intimidée par Mouret, le directeur du grand magasin. Au fur et à mesure, elle va tomber amoureuse de lui, préférant le nier par crainte de ce que pourraient penser les autres mais plus principalement à cause d’une promesse faite à ses frères: celle de toujours se battre pour eux et de ne jamais les laisser tomber.

Un jour, Denise va se faire licencier, étant accusée d’avoir eu une aventure avec son amant dans les couloirs du sous-sol: c’est grâce à cette péripétie que nous pouvons remarquer la ténacité de Denise puisqu’elle va s’interdire de manger pour laisser la soupe et le pain à Pépé (elle ne peut plus payer sa pension). Nous pouvons aussi remarquer qu’elle est d’une grande générosité avec son frère, puisqu’elle va toujours lui donner de l’argent pour lui éviter des problèmes avec les maris de ses maîtresses.

Denise est la figure maternelle de ce roman; elle incarne également la réussite sociale et professionnelle de la pauvre enfant timide, accablée par le malheur. Il est important de noter qu’elle est un véritable soutien pour sa famille car, lorsque Geneviève agonie, c’est sa cousine qu’elle voulait absolument avoir auprès d’elle. C’est également elle qui va soutenir son oncle après la perte de sa femme et de sa fille.

Denise a donc un rôle fondamental.

 

Une réécriture de "Au Bonheur des dames" de Zola

%d blogueurs aiment cette page :