Archives du mot-clé Desforges; Mouret; Hartmann; Boves; Marty; Vallagnosc; Bouthemont

Après-midi chez madame Desforges

Cette après-midi, madame Desforges m’a fait venir chez elle pour, disait elle, faire des retouches sur un manteau de voyages acheté quelques jours auparavant ‘Au bonheur des Dames’. Je peux donc aujourd’hui affirmer que les mots hospitalité, politesse et délicatesse sont inconnus de son vocabulaire. En effet, elle m’a fait patienter durant plus d’une heure dans l’antichambre. (Là où j’ai appris beaucoup de choses au sujet des clients qui fréquentent le magasin, tel que monsieur Marty qui, disait on, occupé un poste qu’il n’était plus très sûr de garder..)
Mais j’ignorais que le pire restait à venir. Une fois entrée, Mme Desforges me plaça au milieu de sa chambre, où elle me traita comme une moins que rien. Ces propos étaient d’autant plus rabaissants une fois Monsieur Mouret entré dans la pièce. (Il était avant dans le petit salon annexe avec le baron Hartmann) J’ai fait tout mon possible pour ne pas pleurer, pour ne rien dire, mais j’ai fini par exploser pensant mon patron complice de cette femme infecte.

Deux larmes se sont échappées; il les as vues et est venu vers moi. Il a pris mes mains et m’a glissé ses mots: « Partez-vite mon enfant, oubliez cette maison ». Il m’a raccompagnée dehors.

 

Publicités