Elisabeth Baudu

 

Elisabeth Baudu, est une petite femme souffrante d’anémie. Elle a une  dégénérescence qui  fait qu’elle est toute blanche, les cheveux blancs, les yeux blancs, les lèvres blanches. Elle tient  un petit magasin de draps et flanelles rue de la Michodière  «  Le Vieil Elbeuf ». Elle gère ce magasin avec son mari Monsieur Baudu , et sa fille Geneviève  fiancée à Colomban. C’est une femme discrète mais rongée par le chagrin. En effet la tristesse de voir le désespoir de  son mari causé par «  Au Bonheur Des Dames »  lui cause beaucoup de peine. Elle est envouté pas la nostalgie et pense qu’une malédiction s’acharne sur sa famille. Selon elle s’est «  Au Bonheur Des Dames »  qui en est la cause. Ce magasin à ses yeux est une horreur, un puits de détresse, de tristesse, de désespoir.   De plus au temps où leur commerce marchait bien, la famille Baudu avait élevé  cinq garçons, dont trois étaient morts à vingt ans, le quatrième avait mal tourné, quant au cinquième il venait de partir pour le Mexique.

A la fin du texte Elisabeth perd sa fille Geneviève qui s’est laissé  mourir, tuée par le chagrin causé par la trahison de Colomban, son fiancé, avec Clara. Cet évènement sera « la goutte de trop » comme dirait Stendhal. Par conséquent Elisabeth épuisée de se battre décide donc de se laisser mourrir.  En effet deux semaines après la mort de Geneviève,  Elisabeth succombe à son tour tuée par la tristesse. Elle laisse Denise, Jean, Pépé et son mari seuls.

(Axelle)

Une réécriture de "Au Bonheur des dames" de Zola

%d blogueurs aiment cette page :